Des fruits et bien plus

L’espalier et l’arboriculture en formes jardinées offrent de nombreux services,

Comme toutes les autres formes de culture fruitière, la culture en espaliers et autres formes jardinées vise d’abord à produire des fruits. Jusqu’au milieu du 20ème siècle, la culture en espaliers et autres formes jardiénes était considérée comme la meilleure mèthode pour produire des fruits et a donc été largement utilisée par tous les professionnels. Très gourmande en main d’oeuvre , cette méthode a maintenant été abandonnée par les professionnels. Aujourd’hui elle est utilisée par les amateurs dans leurs jardins, dans les associations et aussi de plus en plus dans des espaces urbains; dernièrement des acteurs de l’arboriculture urbaine ont également commencé à s’y intéresser.

Des fruits

Pour le consommateur, les fruits qui proviennent des arbres en espaliers et autres formes jardinées ont de nombreux avantages: fruits de haute qualité gustative , fruits sains et de bel aspect -même si ses fruits ne sont pas aussi calibrés que dans le commerce traditionnel, fruits d’espèces et de variétés beaucoup plus nombreuses que dans le commerce traditionnel, fruits de saison et enfin, fruits produits localement. Parfois les fruits sont produits si localement que le consommateur peut les cueillir lui même! L’espalier et les formes jardinées ne sont bien sûr pas les seules formes de conduite qui permettent de produire localement des fruits, mais ce sont celles qui permettent généralement de produire les meilleurs fruits.

Pour le producteur (qui peut être le même que le consommateur), espaliers et autres formes jardinées constituent une méthode de culture des arbres fruitiers susceptible de satisfaire le consommateur, mais également exigeante en main d’oeuvre. En effet, pour bénéficier de tout le potentiel des espaliers et autres formes jardinées, une approche qui résulte de toutes les inventions des jardiniers au cours des siècles, il faut évidemment un certain respect des anciens, une bonne maîtrise du savoir-faire et du temps. Selon le producteur, cela constitue un obstacle ou au contraire un argument pour utiliser les lespaliers.

Si espaliers et autres formes jardinées sont aujourd’hui incompatibles avec la production à grande échelle, ils restent par contre cohérents avec une producion locale à petite échelle et c’est en cela, qu’ils intéressent certains acteurs de l’agriculture urbaine. Pour les amateurs et les associations d’arboriculture fruitière , l’espalier et les autres formes jardinées représentent plutôt une merveilleuse opportunité: celle de s’isncrire dans une tradition en apprennant à maîtriser des savoirs traditionnbels et en étant prêts à les développer et à transmettre aux générations futures.

Au delà de la production de fruits, les espaliers apportent du bien-être individuel, du lien social des avantages écologiques et contribuent à la durabilité des villes.

Bien être individuel.

La culture des formes jardinées permet de développer une relation avec la nature à la fois riche de sens et propice à un apprentissage permanent. Lorsqu’ils sont introduits dans les écoles, les arbres fruitiers en formes jardinées contribuent à renforcer la qualité de l’éducation. Chez les particuliers et dans les associations, la culture des arbres fruitiers contribue en de multiples façons au développement et au bien être individuel : partenariat avec la nature cultivée, plaisir d’apprendre, fierté de réussir la conduite d’un arbre, sentiment esthétique, etc. Elle permet également de développer des qualités telles que la patience (il faut vingt ans d’efforts pour réaliser certaines formes fruitières), acceptation de l’incertitude et résilience. Grâce aux efforts des associations, l’arboriculture fruitière en formes jardinées est au-jourd’hui accessible à tous, y compris aux personnes en situation de handicap. Il reste cependant des efforts pour y accueillir plus de femmes et de jeunes personnes.

Lien social

L’arboriculture fruitière a semble-t-il toujours été une activité éminemment sociale. Dans Des Fruits et des Hommes, Florent Quellier documente qu’au XVIIIe siècle l’arboriculture fruitière en formes jardinées était considérée comme une pratique digne d’intérêt par les membres de nombreuses classes sociales, et que les jardiniers arboriculteurs ont été des intermédiaires entre les membres des classes dirigeantes et les paysans. Aujourd’hui et notamment dans le milieu associatif, l’arboriculture fruitière en formes jardinées est une pratique dans laquelle des personnes se retrouvent pour une entreprise humaine qui va bien au-delà de la seule production de fruits. Vecteur de respect entre des personnes très différentes, l’arboriculture fruitière en formes jardinées contribue à établir une société plus apaisée.

Bénéfices écologiques.

Par leur faible volume aérien et racinaire, espaliers et autres formes jardinées permettent de cultiver beaucoup plus d’arbres sur uen même surface . Ils permettent également de multiplier les espèces et variétés et de contribuer ainsi à la conservation de la biodiversité. Par leur grande accessibilité, espaliers et autres formes jardinées permettent d’anticiper plus facilement maladies et attaques parasitaires et de mettre en place des actions préventives qui limitent les taritements. l’arboriculture en formes jardinées permet à ses pratiquants de ne pas rester spectateur, mais de s’engager dans une relation active et empathique avec la nature cultivée. Ils apprennent ainsi à respecter les arbres fruitiers, à les observer, à les aider à se développer et à comprendre que leurs interventions ont des effets qui ne sont ni immédiats ni automatiques. Espaliers et arbres en formes jardinées contribuent enfin à une production et une consommation plus responsables

Paysages comestibles fruitiers dans la cité et durabilité des villes

L’espalier et les autres formes jardinées ont le potentiel de contribuer au développement de paysages comestibles fruitiers dans la cité. De par leur faible volume aérien et racinaire, les espaliers et autres formes jardinées permettent à l’arbre de pénétrer des espaces interdits aux autres formes d’arbres: façades, toits, bacs, etc. Dans ces paysages comestibles urbains, espaliers et autres formes jardinées ont également le potentiel de contribuer au bien être individuel et social. Les services des paysages comestibles fruitiers dans la cité

Enfin, l’arboriculture fruitière en formes jardinées fournit des services économiques. Comme elles produisent des fruits de qualité les formes jardinées peuvent générer une nouvelle demande commerciale pour des fruits de haute qualité nutritive et gustative. Elle peut également aider à créer une nouvelle profession d’arboriculturs fruitiers et permettre aux lentreprises d’aménagement et de paysage urbains à augmenter la valeur de leurs services.

Contribution au développement durable

L’arboriculture fruitière, une interaction hommes-plantes exceptionnelle

Les 17 objectifs du développement durable (ODD) et leur 169 cibles

ODD et feuille de route pour la mise en oeuvre par la France

ODD1: Eliminer l’extrême pauvreté et la faim

ODD2: Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et prmouvoir l’agriculture durable

Certaines associations pratiquent l’espalier et l’arboriculture fruitière en formes jardinées pour premettre aux plus démunis d’avoir accès à des fruits.

ODD3: Permettre à tous de bien vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tous âge

Chez les particuliers et dans les associations, la culture des arbres fruitiers contribue en de multiples façons au développement et au bien être individuel : fort lien à la nature, plaisir d’apprendre, fierté de réussir la conduite d’un arbre, sentiment esthétique, etc. Elle per-met également de développer des qualités telles que la patience (il faut vingt ans d’efforts pour réaliser certaines formes fruitières), acceptation de l’incertitude et résilience. Les développements récents de l’arboriculture en formes jardinées dans les milieux associatifs et les milieux urbains montrent que les participants s’approprient aisément la pratique. Grâce aux efforts de certaines associations, l’arboriculture fruitière en formes jardinées est au-jourd’hui facilement accessible à tous, y compris aux personnes en situation de handicap. Il reste cependant des efforts pour y accueillir plus de femmes et de jeunes personnes

ODD4: Assure l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

La culture des formes jardinées permet de développer une relation avec la nature à la fois riche de sens et propice à un apprentissage permanent. Lorsqu’ils sont introduits dans les écoles, les arbres fruitiers en formes jardinées contribuent à renforcer la qualité de l’éducation

ODD5: Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Depuis quelques années, les association deviennet plus inclusives et accueillent enfin plus de femmes . Aujourd’hui, au Jardin Ecole de la Société Régionale d’Horticulture de Monteruil, les activité de transmission s’adressent à des jardiniers familiaux, des jardiniers de ville et d’entreprises paysagères. Les gens reviennent. Il n’est pas rare d’avoir 70% de femmes.

ODD6: Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assianissemnt et assurer une gestion durable des ressources en eau

ODD7: Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable

ODD8: Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi produc tif et un travail décent pour tous

ODD9: Bâtir une infrastructure résileente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

ODD10: Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre

ODD11: Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables

Le faible volume aérien et racinaire des espaliers et autres formes jardinées permettent à l’arbre de pénétrer des espaces urbains interdits aux autres formes (façades, toits, bacs, etc.). Ils contribuent ainsi à la durabilité des villes

ODD12: Etablir des modes de consommation et de production durables

Espaliers et arbres en formes jardinées permettent une production locale et durable de fruits. Les consommateurs ont accès à des fruits savoureux, de saison produits localement.

ODD13: Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répércussions

Les espaliers et autres formes jardinées, du fait de leur faible volume aérien et , de multi plier l’arbre en ville, et cela particulièrement dans les hypercentres urbains. Ils contribuent ainsi à lutter contre les îlots de chaleur plus fréquents avec le réchauffement climatique

ODD14: Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développemenbt durable

ODD15: Préserver et restaureer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérêr durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Par leur volume aérien et racinaire particulièrement faible, les arbres en formes jardinées permettent de multiplier les espèces et variétés cultivées. Cela permet de cultiver un nombre important de variétés anciennes, d’observer leur résistance aux maladies et au changement climatique

ODD16: Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développment durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous

L’arboriculture fruitière est une activité éminemment sociale. Florent Quellier a documenté qu’au XVIIIe siècle l’arboriculture fruitière en formes jardinées était considérée comme une pratique digne d’intérêt par les membres de nombreuses classes sociales, et que les jardiniers arboriculteurs ont été des intermédiaires entre les membres des classes dirigeantes et les paysans. Aujourd’hui et notamment dans le milieu as-sociatif, l’arboriculture fruitière en formes jardinées est une pratique dans laquelle des personnes se retrouvent pour une entreprise humaine qui va bien au-delà de la seule production de fruits Vecteur de respect entre des personnes très différentes, l’arboriculture fruitière en formes jardinées contribue à établir une société plus apaisée .

ODD17: Partenariats pour la réalisation des Objectifs

Paroles de pratiquants et d’amis

Pourquoi dire, « formes jardinées » ?


Les formes fruitières d’autrefois, appelées aujourd’hui « formes jardinées » sont la mémoire vivante de l’évolution des techniques appliquées à la conduite des arbres fruitiers en milieu professionnel durant des siècles, vestige encore vivant et toujours présent en quelques trop rares lieux.
Les techniques d’aujourd’hui, dites « modernes », à juste titre d’ailleurs, étant la suite et le résultat de cette évolution. Les formes jardinées sont donc la mémoire du passé restant accessible aujourd’hui au grand public.

Jacques Beccaletto

Transmettre l’art de la taille sans le perdre.

Depuis que je travaille avec des bénévoles, je constate l’intérêt du public des adhérents de diverses associations, pour l’arboriculture fruitière en général et les formes jardinées en particulier. C’est encourageant ! Des vergers de bénévoles peuvent atteindre un excellent niveau. Comme pour toute transmission, il faut commencer par des choses simples, il faut responsabiliser les débutants -jamais plus de deux sur un arbre- et il faut mettre en confiance : l’arbre repoussera toujours.

François Moulin

L’arboriculture fruitière urbaine

J’ai pu constater qu’il y a vraiment un nouvel appétit pour les arbres fruitiers en ville. Lorsque l’on entreprend de nouvelles plantations dans les écoles ou les associations de production fruitière, il y a souvent peu de temps disponible et un savoir-faire encore limité. Heureusement, pour la taille de formation, nous pouvons commencer en choisissant des formes simples à conduire, parmi les formes modernes ou classiques . Il y a plus d’une entrée dans l’univers des savoirs et savoir-faire historiques des formes jardinées !

Thierry Regnier

C’est beaucoup plus que de la nostalgie !

Un héritage à préserver par nostalgie, non, soyons plus réaliste. Ces formes permettent une production rapide et régulière d’une qualité incomparable, une cueillette aisée, une longue durée de vie avec un faible encombrement permettant une grande diversité variétale pour étaler la production et la consommation, tout en permettant une meilleure gestion des agresseurs. Les amateurs, citadins ou non, à la recherche de valeurs simples et naturelles, mais aussi de bien-être dans le corps et l’esprit ne pourront que se retrouver dans ces arbres.

Denis Retournard

La valeur du temps

Plutôt que de chercher à mettre en avant l’intérêt esthétique des formes jardinées, il faudrait peut- être mettre en avant des valeurs essentielles comme la patience, la lenteur, l’inscription dans le long terme. Par exemple, je pense déjà à la continuation dans le temps de la Pommeraie Idéale

Dominique Stillace, La Pommeraie Idéale

Au plus près des murs, sur les toits et les balcons

Les formes jardinées peuvent aller au plus près des bâtiments. Les formes  jardinées sont les seules à pouvoir être plantées à vingt centimètres des façades. Du fait de leur faible envergure et leur faible volume racinaire, les arbres palissés peuvent être aussi utilisés sur les toits et les balcons.  Ils peuvent facilement s’intégrer dans des écosystèmes comestibles sur petites surfaces.

Sébastien Goeltzer, Vergers Urbains

Transmission et apprentissage plutôt que formation

« Transmission » et « apprentissage » semblent de meilleurs termes que formation.  Un savoir-faire se transmet au long d’un processus d’une pratique guidée. Au début, il y a besoin de beaucoup d’encadrement, puis de moins en moins jusqu’au moment où le « maître » ou le « coach » passe la main. L’acquisition de savoir-faire est un processus qui dure plusieurs années. Cette acquisition se fait par la répétition quasi infinie de cycles « observation de l’arbre -interrogation sur ce qu’il convient de faire – action – observation du résultat (plus tard) -réflexion ».

Philippe Schuller, Socité Régionale d’Horticulture de Montreuil

Il faut comprendre que des espaliers, on en trouve partout!

Il faut savoir que ce n’est pas seulement dans les vergers des grands Châteaux, des grands Domaines qu’on trouve des espaliers , on en trouve aussi dans des villes: il y a des vergers urbains avec des tous petits fruitiers palissés, des vergers maraîchers avec des fruitiers palissés, etc.. Une grande multiplicité d’acteurs est concernée par la sauvegarde du patrimoine de l’espalier.

Guillaume Bruneaux, CRRG Hauts de France

Visite à Gaasbeek, 4 novembre 2021

Des fruits que l’on pouvait voir le 1er Janvier 2022

Quand les savoir-faire techniques deviennent un art 

Palmettes Verrier

Situé à dix kilomètres du centre de Bruxelles, le Jardin-musée du château de Gaasbeek est aujourd’hui l’un  des meilleurs lieux que l’on puisse visiter en Europe pour comprendre toute la richesse et toute la valeur des savoirs et savoir-faire de la conduite des arbres fruitiers en espaliers et autres formes jardinées.   

Poire ‘Packham Triump’

Le jardin fruitier et potager de Gaasbeek s’étend sur 2,5 hectares. On y trouve 907 arbres d’espèces et de variétés différentes (56 variétés de pommes, 54 de poires, 56 de cerises, etc.) conduits dans un nombre exceptionnel de formes différentes : cinquante et une !  Même s’il présente surtout des formes apparues au 19è et 20è siècles, le jardin donne une idée des savoir-faire accumulés par les jardiniers au cours des siècles pour obtenir des fruits de haute qualité. Il montre aussi qu’il n’y aucune contradiction entre la recherche de la productivité et la recherche du beau. Comme le montrent les photos, les arbres de Gaasbeek atteignent le niveau de l’art au même titre qu’une belle sculpture ou une belle page de musique.

U doubles

Le jardin comporte une partie potagère également remarquable avec 55 différentes sortes de légumes en 520 variétés, des fleurs : 36 variétés de roses, 20 variétés de dahlia, 3200 annuelles, etc.

Pommes

Même si l’arboriculture fruitière a été très présente dans le passé à Gaasbeek, il n’y avait plus de jardin fruitier jusqu’à ce que soit entièrement créé ce Jardin-musée à partir de 1994 par trois responsables de l’administration flamande : Luc Lehouck, Herman Van Den Bossche et Marcel Vossen. C’est Marcel Vossen qui, avec les architectes paysagistes Paul Princen et Paul David, et une équipe de 6 jardiniers, a planté les arbres fruitiers à partir d’octobre 1996. Si les palmettes Verrier, les espaliers obliques à 2 étages, les U simples et doubles étaient préformés, tous les autres arbres ont été formés sur place à partir de scions. Ingénieur horticole, Marcel Vossen est le descendant d’une famille d’arboriculteurs de la région de Gaasbeek.

cordons horizontaux

Davantage qu’un patrimoine matériel, Gaasbeek est l’expression d’un patrimoine immatériel. Dans le milieu des années 1990, le patrimoine immatériel des savoirs et savoir faire de cette arboriculture fruitière était suffisamment vivant pour recréer et inscrire dans le présent un jardin exceptionnel. Qu’en est-il aujourd’hui et qu’en sera -t-il demain ? C’est pour maintenir vivants et continuer d’enrichir ces savoir-faire qu’un collectif international  désire les faire inscrire au patrimoine immatériel de l’Unesco.


Palmettes obliques
Palmettes horizontales

Formes en bateau

Système Cossonet

Quelques mots de  Jacques Beccaletto sur Gaasbeek en 2021 par rapport à 2008.

Jacques Beccaletto est l’auteur de l’Encyclopédie des Formes Fruitières, 2010, Actes-Sud ENSP, Arles. Il a également été le responsable du Potager du roi à Versailles de 1995 à 2011.

Quand on regarde les photos du site prises en 2021, on remarque:

  • certaines formes fruitières qui ont été par le passé utilisées par les professionnels et qui sont toujours utilisées par les amateurs (Bouché-Thomas, palmette Verrier, candélabre, double U, palmette oblique, palmette horizontale,  etc…).
  • des formes d’arbres montrant la maîtrise de la taille fruitière, le savoir-faire en réel sur le terrain.(vase tulipe, palmettes en série, palmette carré, palmette concentrique, éventail, etc…)
Palmette à branches ondulées (une variété différente pour chaque branche vericale)

Le tout reflète le passé et le savoir des 17ème et 18ème siècles, les formes fruitières cultivées par les professionnels au 19ème et au 20ème siècle. C’est la mémoire vivante du métier de l’arboriculture fruitière.  Les autres formes, que l’on pourrait nommer « de fantaisie », ne sont que des plaisirs quelquefois personnels, mais prouvent la facilité à maîtriser les techniques de taille, à laquelle l’arboriculteur ou le jardinier d’autrefois et d’aujourd’hui sont encore attachés.   Il faut accepter de reconnaître la fierté de ces techniciens capable de montrer, en quelques coups de sécateurs, qu’ils étaient et sont encore des artistes capables de satisfaire l’œil et la bouche ; fierté et connaissance ne sont pas incompatibles.

Cordons ondulés
Cordons ondulés doubles

Gaasbeek est et reste toujours, le jardin fruitier à visiter pour ces souvenirs spécifiques.  Mon passage dans ce jardin en 2008 est resté un très bon souvenir, qui est ici conforté de savoir ce jardin toujours bien vivant, passé et présent se rejoignent.

Vase formé de 4 Us
Tonenelle
Forme concentrique

Formes concentriques
plaque en émail décrivant différentes formes fruitières

Groseillers

Gaasbeek est aussi un potager: collection de piments

Formes adaptées

Formes adaptées (en 2008)

Visite effectuée le 4 novembre 2021, avec, pour Gaasbeek :  Marcel Vossen,  Herman Van den  Bossche et Jürgen Van der Cruijssen, pour le Sénat : Pierre Louault et Eric Bonnefous et pour les Amis du Potager du Roi : Anne-France Loumaye, Alix de Saint Venant et Michel Schlosser.

Le patrimoine culturel immatériel de la taille fruitière de formation et de fructification

Un partenariat continuel entre l’homme et la nature qui existe depuis des milléraires

L’arbre fruitier appartient à la nature cultivée. La très grande majorité des fruits que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat d’une interaction au jour le jour de l’homme avec la nature et sont souvent fort éloignés de leurs ancêtres qui vivaient à l’état sauvage. Cette sorte de partenariat entre l’homme et la nature a commencé dès les débuts de l’agriculture et la culture des arbres fruitiers qui requiert l’utilisation d’un même lieu pendant plusieurs années semble associée à la naissance des communautés urbaines (entre 6000 et 3000 ans avant JC). Ce très ancien partenariat avec la nature s’est poursuivi au cours du temps : depuis des millénaires, les arboriculteurs fruitiers continuent jour apès jour, de chercher à domestiquer de nouveaux fruits et à améliorer ceux qui sont connus. Pour en apprendre plus sur l’histoire des fruits et des arbres fruitiers.

La taille de formation et de fructification

Le développement de la culture des arbres fruitiers a nécessité le recours à de multiples savoirs et savoir-faire de la botanique, de l’horticulture et plus récemment des sciences des plantes. Si la plupart de ces savoirs et savoir-faire ne sont pas spécifiques à l’arboriculture fruitière , ce n’est pas le cas des savoirs et savoir-faire de la taille de formation et de fructification qui, eux, sont spécifiques aux arbres fruitiers. C’est le patrimoine de ces savoirs er savoir-faire spécifiques qui sont au centre de l’arboriculture fruitière que nous cherchons à faire inscrire au patrimoine immatériel de la France et de l’Unesco.

Espaliers et autres formes jardinées sont l’expression des savoirs de la taille de formation et de fructification

Espaliers et autres formes jardinées sont les formes fruitières obtenues par une taille spécifique de formation et de fructification appliquée à des arbres greffés sur des porte-greffes peu vigoureux. Le but de cette taille est d’obtenir des fruits de grande qualité gustative, abondants année après année et faciles à cueillir. Les arbres obtenus par cette taille de formation et de fructification spécifique sont des arbres en formes plates (espaliers et contre-espaliers) ou en volume, qui occupent peu de surface, ont un faible volume aérein et racinaire. Souvent esthétiques, ces formes assurent une généreuse longévité aux arbres.

Les savoirs et savoir-faire de l’espalier et des formes jardinées ont une valeur qui va bien au-delà de la production de fruits et de la conduite d’arbres

Des savoirs et savoir-faire en constante évolution

Fruits sauvages et variétés anciennes

by Moravice Photographed with an Iphone camera

Un péril de la nature cultivée est la concentration des productions et la perte de patrimoine génétique qui peut en résulter . C’est pourquoi il essentiel non seulement essentiel de conserver les fruits sauvages mais également toutes les variétés anciennes. La hjortron que l’on trouve au nord de la Suède (également nommée plaquebière, baie polaire, ou mûre arctique et chicoutai au Québec est l’exemple d’ un excellent fruit sauvage. Depuis plusieurs décades, de nombreuses entités et personnes se consacrent à la conservation des variétés anciennes.

Quelle est votre image des espaliers et autres formes jardinées? Répondez svp à ce test…

Ce test propose plusieurs affirmations… Demandez vous si selon vous, elles sont vraies ou fausses… et consultez les réponses… N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez poursuivre la discussion

Les espaliers et autres formes jardinées ne sont pas naturelles Vrai Faux
Les formes dites jardinées sont « supérieures» aux formes dites modernes   Vrai Faux
Les espaliers et autres formes jardinées visent avant tout des buts esthétiques   Vrai Faux
Les formes jardinées demandent beaucoup d’attention et de main d’œuvre   Vrai Faux
Les espaliers et autres formes jardinées n’ont qu’un intérêt historique Vrai Faux
 Il faut 20-25 ans pour former certaines formes jardinées   Vrai Faux
Espaliers et formes jardinées sont des formes du passé Vrai Faux
Espaliers et formes jardinées sont utiles à l’agriculture urbaine d’aujourd’hui Vrai Faux
  Plus on taille, plus il y a de maladies   Vrai Faux
Les formes jardinées “classiques” retardent la fructification   Vrai Faux
Les formes jardinées réduisent la durée de vie de l’arbre    Vrai  Faux
Les formes jardinées « torturent les arbres »    Vrai  Faux
Les formes jardinées permettent une meilleure gestion des agresseurs  Vrai  Faux
Les formes jardinées sont bien adaptées aux variétés anciennes  Vrai  Faux
Toutes les formes jardinées sont difficiles à conduire    Vrai  Faux
Il faut être un professionnel pour pratiquer les formes jardinées    Vrai  Faux
Les formes jardinées préservent la diversité végétale    Vrai  Faux
Les formes jardinées sont décoratives  Vrai  Faux
La conduite d’un arbre n’est pas qu’une affaire de choix de formes    Vrai  Faux

Si vous voulez maintenant voir nos réponses